Le pèlerinage du Hajj à La Mecque risquant d’être annulé cette année en raison de la pandémie de coronavirus, les gens se demandent: est-ce le premier verrouillage de l’histoire?

Le ministre du Hajj et de la Omra d’Arabie saoudite a exhorté les musulmans mardi à attendre un moment avant de planifier le pèlerinage annuel du Hajj jusqu’à ce qu’il y ait plus de clarté sur l’endiguement mondial de la pandémie mortelle de coronavirus

Chaque année, près de 2,5 millions de pèlerins visitent les lieux saints de l’Islam à La Mecque et à Médine pour un rituel d’une semaine, qui est un devoir unique pour chaque musulman valide.

Le royaume a arrêté la Omra, un pèlerinage non obligatoire, fin février en raison de la pandémie. Avec l’augmentation des cas de Covid-19 dans le monde, l’annulation du pèlerinage du Hajj, qui commence fin juillet, est également à l’ordre du jour.

Les musulmans du monde entier tremblent en voyant les images de la Kaaba vide, un bâtiment en forme de cube vers lequel ils prient, car il est presque toujours plein de pèlerins faisant des tournées et lisant des versets du Coran.

Si le pèlerinage du Hajj est vraiment annulé cette année, ce ne sera cependant pas le premier.

Voici quelques événements historiques qui ont empêché les musulmans de visiter la ville sainte au cours des 1400 dernières années.

L’attaque de Kaaba par Abraha

En 570 après JC, le gouverneur yéménite Abraha construisait une cathédrale dans la ville de Sanaa pour en faire un nouveau centre de pèlerinage.

Il s’est rendu compte que la Kaaba servait déjà cet objectif, il a donc organisé une grande expédition militaire pour détruire la Mecque afin de diriger les pèlerins vers sa cathédrale et faire du Yémen la seule destination de pèlerinage.

En 570 après JC, un an avant la naissance du Prophète Muhammed, il a lancé une campagne d’invasion au Hedjaz. Il aurait aidé sa grande armée avec un éléphant. Alors qu’ils s’approchaient de la sainte Kaaba, l’éléphant ne bougea pas plus loin.

Les habitants de La Mecque, incapables et peu préparés à s’opposer à l’armée d’Abraha, ont fui vers les montagnes. Cette année-là, les gens ne pouvaient pas faire le pèlerinage à La Mecque, craignant la guerre. Plusieurs historiens ont rapporté que les forces d’Abraha n’ont pas pu maintenir le siège car elles ont été frappées par des pouvoirs «divins», qui ont finalement écrasé son armée et mis fin au siège.

Massacre des pèlerins par les Qarmates

Le nombre de personnes qui sont venues à La Mecque pour le pèlerinage a commencé à diminuer chaque année après que l’État chiite Qarmatians ait commencé à mener des attaques continues contre La Mecque et ses routes de pèlerinage avant 930 après JC.

Les érudits islamiques ont émis une fatwa en 930 interdisant le pèlerinage au pèlerinage de La Mecque en raison du manque de sécurité de la vie et des biens.

La même année, le chef des Qarmates, Abu Tahir al Jannabi, a attaqué la Mecque et massacré des dizaines de milliers de pèlerins.

Les historiens affirment que les Qarmates avaient interdit le pèlerinage depuis plus de 10 ans.

Avant que les Qarmates chiites ne quittent la Mecque, ils ont volé la porte de la Kaaba ainsi que Hajr Ul-Esved, également connue sous le nom de pierre noire, qui remonte à l’époque d’Adam et Eve. Les deux objets volés sont restés sous leur contrôle pendant 20 ans.

Les Abbassides ont payé 120 000 dinars en 952 pour leur retour.

Flambées épidémiques

Il y a eu de nombreuses épidémies dans la région du Hejaz de la péninsule arabique au cours du XIXe siècle, telles que la peste, le choléra et la méningite.

La propagation de l’épidémie de peste dans la région du Hedjaz en 1814 a causé la mort d’environ 8 000 personnes, et le pèlerinage n’a pas été autorisé cette année-là. Une épidémie a recommencé pendant la saison de pèlerinage de 1837, se poursuivant jusqu’en 1892.

Près d’un millier de personnes sont mortes chaque jour en raison de l’épidémie extrêmement mortelle entre cette période. Des médecins égyptiens ont été envoyés pour construire une quarantaine sur la route de La Mecque pour s’occuper des gens.

Saisie de la Kaaba

Le 20 novembre 1979, Juhayman al Otaybi a attaqué la Kaaba lors de la prière du matin. Il a exprimé plusieurs revendications politiques dont le limogeage du régime saoudien, la fin des relations du royaume avec les superpuissances occidentales, l’arrêt de la vente de pétrole aux pays occidentaux et la fermeture de bases militaires étrangères.

Le Haut Comité des savants du royaume a émis une fatwa, demandant au régime saoudien de lancer une intervention armée et de débarrasser la ville de tous les rebelles.

Le raid a duré environ 15 jours et ne s’est terminé qu’avec l’aide d’une équipe spécialisée de France. Pendant le raid, Kaaba est restée fermée pendant deux semaines.

À la fin de la période de deux semaines, 127 soldats saoudiens, 117 des partisans de Juheyman et 26 civils avaient été tués au cours des affrontements. Juhayman et ses 62 partisans ont ensuite été exécutés.

Source: TRT World