Le ministre saoudien du Hajj et de la Omra Tawfiq bin Fawzan Al-Rabiah a annoncé que les femmes venant en Arabie saoudite peuvent désormais effectuer leurs pèlerinages sans mahram, ou tuteur masculin.

Cette annonce, parmi d’autres, est intervenue lors d’une conférence de presse tenue à l’ambassade du Royaume au Caire, selon l’agence étatique SPA.

L’événement s’est déroulé en présence de l’ambassadeur saoudien en Égypte, Oussama ben Ahmed Nugali, ainsi que de hauts responsables du ministère et de l’ambassade.

Le conseiller en services du Hajj et de la Omra, Ahmed Saleh Halabi, a déclaré qu’il est désormais permis à une femme d’accomplir le Hajj ou la Omra sans mahram, accompagnée de « femmes dignes de confiance ou d’une compagnie sûre pour accomplir le Hajj ou la Omra ». C’est le point de vue des érudits Maliki et Shafi’i.

Il a poursuivi : « Le superviseur de la fatwa à Al-Azhar Al-Sharif en Égypte, Abbas Shoman, a déclaré en mars dernier qu’une femme est autorisée à accomplir le Hajj et la Omra sans être accompagnée par un mahram », a poursuivi Halabi.

L’écrivain Faten Ibrahim Hussein, ancien conseiller du ministre du Hajj, a déclaré que l’État saoudien fournit toutes les facilités aux pèlerins pour accomplir le Hajj et la Omra sur la base de la Vision saoudienne 2030.

« Permettre aux femmes d’accomplir la Omra sans la condition de mahram leur rend la vie plus facile car beaucoup ont des conditions sociales difficiles et peuvent ne pas trouver de mahram, ou cela peut leur coûter très cher, alors qu’elles sont désireuses d’accomplir la Omra », a déclaré Hussein.

« Heureusement, la lutte contre toutes les formes de corruption sociale et économique a joué un rôle positif à cet égard », a-t-elle ajouté.

Lorsque la corruption est stoppée, a-t-elle expliqué, la sécurité est rétablie.

« La sécurité s’est étendue dans tout le Royaume et dans tous les moyens de transport et dans les ports, offrant aux femmes une protection totale. De plus, une infrastructure solide a été établie dans la législation, notamment un système anti-harcèlement », a-t-elle déclaré.

« Il s’agit de sanctions dissuasives pour quiconque envisage d’enfreindre la loi. En outre, les caméras de surveillance sont obligatoires dans les zones vitales, notamment les aéroports, les ports frontaliers, la Grande Mosquée, la Mosquée du Prophète et autres. Ainsi, une femme est en sécurité, surtout lorsqu’elle est en bonne compagnie avec d’autres femmes.

« Il y a beaucoup de femmes qui viennent au Royaume pour travailler sans mahram, et il n’y a pas d’incidents majeurs, grâce à la sécurité dans laquelle nous vivons… Il n’y a aucune crainte pour les femmes de venir sans mahram car la raison n’existe plus.»

Source : Arabnews.com