Faisant partie des cinq piliers de l’Islam, le Hajj est recommandé à tous les musulmans qui sont physiquement et financièrement en mesure de l’accomplir au moins une fois dans leur vie. C’est pour cela que l’Arabie Saoudite accueille chaque année au moins deux millions de pèlerins en provenance de plus de 120 pays, pour réaliser les rites du Hajj à La Mecque. Néanmoins, si ce grand pèlerinage est autant recommandé, il demeure important de comprendre pourquoi et de connaître les raisons ainsi que les conditions derrière de cela.

L’objectif est de permettre à celles et ceux qui avaient prévu d’y aller d’avoir une compréhension plus profonde des raisons pour lesquelles le Hajj doit être fait. Ainsi, voyons tout de suite cela de plus près.

Le Hajj : Une obligation des cinq piliers de l’Islam

pourquoi-faire-hajj

En partant de ce principe, cela signifie donc qu’il représente même une obligation rituelle pour les fidèles de l’accomplir au moins une fois dans leur vie. L’objectif de cet acte sacré est de purifier le pèlerin qui reçoit aussi le pardon divin. 

Par ailleurs, les dates du Hajj, chaque année, ont lieu au mois de dhul-hijja dans le calendrier hégirien (aux alentours de juillet pour l’année 2022 par exemple) et à cette occasion, l’Ait al-Ada, qui est la plus grande fête musulmane, est également célébrée. De ce fait, à première vue, nous comprenons alors que le Hajj est “impératif” pour celles et ceux qui sont capables de le faire.

La Mecque : Un lieu béni pour réaliser le Hajj

Hormis le fait que le Hajj fasse partie des cinq piliers de l’Islam, il faut aussi savoir que La Mecque est le lieu spirituel où se déroule généralement les rites.

Ce lieu détient une importance particulière dans la tradition islamique, parce qu’il est l’endroit où le prophète de l’Islam Mohamed (sws) a vu le jour. Cette ville qui se situe à l’ouest de l’Arabie saoudite, est effectivement le lieu de naissance du prophète Mohamed (sws) et elle abrite la Kaaba au cœur de la mosquée Masjid Al-Haram, que l’on nomme aussi “La Mosquée sacrée”.

D’ailleurs, la pierre noire y est enchâssée. 

En outre, c’est de façon plus ou moins naturelle que la tradition musulmane indique La Mecque comme étant la ville sainte la plus sacrée de l’Islam.

Le Hajj : Une quête de soi et de spiritualité

pourquoi-faire-le-hajj

“Le Hajj est avant-tout une expérience propre à chacun en quête intérieure et qui implique une aventure enrichissante.”

Aller au Hajj permet de se retrouver soi-même, mais aussi de trouver Dieu. C’est un moyen de revenir à l’essentiel et de se recentrer. Ce pèlerinage comprend une certaine « épreuve » physique certes, mais ce challenge, auquel le corps fait face, permet en même temps de se rappeler que la foi ne se passe pas uniquement au niveau cérébral, mais que cela se passe surtout dans toute l’entièreté de son être. 

Lorsque vous choisissez de partir au Hajj avec une agence de voyage agréée (ou pas), vous allez très souvent faire de nombreuses visites mis à part les rites. Ainsi, on pourrait dire que le pèlerinage débute avec tous vos sens à partir du moment où vous respirez l’air de ce lieu ou encore que vous admirez le paysage. 

Le détachement du superflu

En effet, le pèlerinage du Hajj, c’est aussi un profond détachement au superflu pour laisser place à l’enrichissement, notamment au niveau des rencontres que l’on puisse faire durant cette période. 

C’est à cet instant que l’on se rend compte que ces rites que l’on a choisis de réaliser n’impliquent pas seulement une quête solitaire, mais qu’il s’agit plutôt de solidarité parce que l’on est entouré de milliers de personnes de pays différents. Cet acte de foi fait aussi appel à l’harmonie entre les musulmans du monde entier.

À la rencontre de Dieu

Le Hajj est l’un des moyens les plus méritoires pour les musulmans d’aller à la rencontre d’Allah. 

C’est l’une des raisons pour laquelle les pèlerins choisissent de réaliser ce parcours sur les terres sacrées de La Mecque. Le Hajj permet de purifier tout son être et d’ouvrir son cœur à Allah. Pour certaines personnes, cela représente même une “renaissance” qui leur permet ensuite de reprendre le cours de leur vie à leur retour dans leur pays d’origine.

Une expérience qui est synonyme de transformation

Peu importe l’année où le Hajj est pratique ou encore le prix qui doit être payé pour réaliser les rites du grand pèlerinage, une chose est certaine, c’est qu’à la fin du séjour, les pèlerins se sentent transformés. 

Ce cheminement intérieur qu’ils ont mené pendant leur parcours ne peut les laisser indemnes, dans le sens où chaque pèlerin emporte avec lui des moments et une expérience uniques, leur permettant justement de se sentir transformer. 

Se délaisser de son ombre

Ce que cela signifie, c’est que dès lors où les pèlerins arrivent sur le territoire saoudien pour accomplir les rites du Hajj, ils se découvrent en quelque sorte “dans leur vérité ».

En effet, face aux différents rituels qui doivent être réalisés, ils ne peuvent jouer le rôle d’un autre personnage parce qu’il n’y a que la vérité qui émerge de leur être, d’où le fait qu’une certaine renaissance est amenée. Au moment de commencer les rites, cette “ombre”, qui les accompagnait dans leur vie quotidienne, est mise à rude épreuve et lorsqu’ils reviennent de leur pèlerinage, elle est délaissée derrière.  

Encore une fois, cette métaphore est surtout là pour indiquer qu’à l’accomplissement des rites du Hajj, le pardon pour les fautes et les péchés est accordé. Mais en même temps, les pèlerins reçoivent la tendresse d’Allah.

Autrement dit, à la suite du pèlerinage du Hajj, le pèlerin est remis sur pied. Celui-ci est purifié. Il est recréé d’une certaine manière. Il est renouvelé… Quel que soit le mot choisi, ce parcours est une aventure qui transforme vraisemblablement tout l’être et qui permet de se recadrer pour ainsi dire les choses. 

Comme vous l’aurez sans doute compris, ce pèlerinage est très précieux pour les musulmans et avec les événements des deux années de Covid où beaucoup n’ont pas pu s’y rendre, le Hajj sera certainement d’autant plus puissant pour les pèlerins qui le font.